Bannière

Notre généalogie, notre village et plein d'autres choses............

Notre généalogie, notre village et plein d'autres choses............

Accueil / Stigmatomètre
Le stigmatomètre LENOUVEL
Écrit par Webmaster   
Mardi, 10 Juin 2008 07:52

pour la VÉRIFICATION des OBJECTIFS DE MICROSCOPE
(Construit par la S. F. I. 0.)




L'appareil faisant l'objet de cette notice a été conçu par M. L. LENOUVEL, docteur ès sciences, professeur agrégé de physique au Lycée Corneille, directeur de l'école des sciences de Rouen, dans le but de contrôler les objectifs de microscope et de mesurer leurs aberrations. Il fait l'objet d'un brevet N- 587.034. La méthode imaginée par M. LENOUVEL permet d'ailleurs d'étudier un système optique quelconque, et a déjà donné lieu à la construction d'appareils spéciaux pour certaines combinaisons particulières. Le dispositif décrit ici concerne d'une façon plus précise les objectifs de microscope, ou les combinaisons optiques à faible distance focale. L'appareil est construit de façon à s'adapter sur tout microscope courant, à la place de l'oculaire -. c'est ainsi qu'il est représenté sur la vue d'ensemble de la fig. 1.

Son principe, que nous allons exposer sommairement, est basé sur l'étude de certains aspects dont l'interprétation fait appel à la fois à l'optique géométrique et à la théorie de la diffraction. Mais le lecteur ne doit pas se laisser effrayer par ces termes . nous pouvons l'assurer, et c'est la grande supériorité de cet appareil, - que toute personne ayant lit soigneusement cette notice sera capable de reconnaître immédiatement la qualité d'un objectif de microscope. Le maniement u stigmatomètre est si simple, l'interprétation des aspects observés ai facile, que tout micrographe sera capable de s'en servir en quelques minutes.


DESCRIPTION. - L'appareil est constitué de la manière suivante (fig. 2). Une trame T, comprenant de 10 à 20 traits au millimètre (note 1) est collée à un double prisme (PP) semi-argenté. Le condensateur (C) permet de former sur la trame (T), par l'intermédiaire du double prisme, une image de la pupille de l'appareil (D). Cette pupille est éclairée par une petite ampoule de 3 volts (S) livrée, ainsi que sa douille amovible, avec l'instrument (note 2). L'ensemble de ces éléments, contenus dans une monture appropriée, s'ajuste sur le microscope à la place même de l'oculaire ; la face gravée de la trame occupe la position de l'image que l'objectif étudié donne de la préparation dans ses conditions normales d'emploi. Sur la platine du microscope est, placée une lame de verre argentée recouverte d'un couvre-objet (A).

PRINCIPE. La pupille éclairée (D) formant son image sur la trame, chaque élément transparent de cette dernière joue le rôle de source lumineuse, et envoie sur l'objectif un faisceau de rayons. Si l'objectif est parfait, et si le miroir est exactement conjugué de la trame, les rayons suivent après réflexion exactement le même itinéraire qu'à l'aller et traversent l'intervalle transparent de la trame dont ils étaient issus. Il en sera de même de tous les faisceaux de rayons issus des différentes parties transparentes de la trame. L'oeil placé dans le faisceau et observant l'objectif du microscope, le verra uniformément éclairé. Il n'en sera plus de même, si la trame n'est pas exactement conjuguée du miroir ou si l'objectif présente des aberrations. Dans @ ce cas, le faisceau de retour intercepte une portion plus ou moins étendue de la trame, dont les intervalles opaques arrêtent certains rayons. L'oeil voit l'objectif sombre aux points correspondants. On démontre que, les différents faisceaux élémentaires ont même disposition par rapport aux éléments de la trame, et leurs effets s'ajoutent. L'objectif examiné dans ces conditions serait vu sous un angle un peu 'faible : aussi, l'appareil est muni d'un viseur constitué par l'achromat,(O) et l'oculaire (L). Pour ce qui va suivre, il convient de préciser ici le mode d'emploi de l'instrument. Il est le suivant : on commence par régler la douille porte lampe. à l'enfoncement convenable. Puis on retire l'oculaire du microscope, et. le remplace par le stigmatomètre. A la place de la préparation, on dispose la lame argentée. Pour une position convenable du microscope, l'oeil voit alors trois points lumineux sur fond gris uniforme (l'existence de ces trois points au lieu d'un seul est dû à l'effet de réseau de la trame). En manoeuvrant lentement la crémaillère dans le sens convenable, le diamètre des points augmente et ils se transforment en trois cercles qui présentent une partie commune. En continuant le mouvement dans le même sens, le diamètre des cercles diminue , à nouveau. Lorsque le diamètre des cercles est maximum, on voit apparaître les franges dans leur partie commune. Il y a lieu à ce moment, de régler le tirage du viseur, qu'on peut faire glisser suivant une rampe hélicoïdale au moyen d'un moletage spécial, jusqu'à ce que l'on voie nettement le cercle central. A partir de ce moment, on devra utiliser la vis micrométrique pour les réglages ultérieurs.

 




ASPECTS OBSERVES.
Leur interprétation (fig. 3). - On rencontre trois cas types :

1) Aspect a) : les franges sont rectilignes et équidistantes. En manoeuvrant la vis micrométrique, les franges s'écartent, disparaissent complètement pour une certaine position, et les plages communes aux cercles sont d'éclairement uniforme sur toute leur surface (teinte plate). Dans ce cas, l'objectif est pratiquement parfait -(note 3).
2) Les franges ont des formes complexes. Si l'on observe les deux aspects b) ou c), l'objectif est bien corrigé, mais présente cependant des résidus d'aberrations. Ces deux aspects sont obtenus, pour un même objectif, pour deux positions situées de part et d'autre du réglage moyen qui donne le minimum de franges. Le nombre de franges observé lorsqu'on a réalisé l'aspect b) avec la plage (A) d'aspect uniforme et d'étendue maxima croît avec l'aberration dans le cas de figure, on note deux franges.
Si l'aspect est celui des figures d) ou e), qui correspondent comme ci-dessus, pour un même objectif, à deux positions situées de part et d'autre du réglage moyen qui donne le minimum de franges, l'objectif est mal corrigé. Le nombre de franges l’on compte lorsqu'on a réalisé l’aspect d) avec la plage centrale d'étendue maxima et d'éclat uniforme croît également avec les aberrations. Dans tous ces cas, l'oeil voit en réalité quatre systèmes de franges symétriques deux à deux, et il n'y a lieu d'observer que l'un des systèmes latéraux.
Tout ce qui précède s'applique à l'étude de l'objectif en lumière blanche. S'il est bien achromatisé, les franges doivent être peu irisées. Il n'en est plus de même, si la correction de l'achromatisme est défectueuse. On peut d'ailleurs étudier cet achromatisme d'une façon précise au moyen de sources monochromatiques convenables : il suffit à cet effet de retirer la petite avec l'appareil et de disposer en face du tube porte condenseur la source considérée, par exemple un arc au mercure dont on isolera successivement les radiations intéressantes.
Nous ne pouvons songer ici à exposer complètement la question, à expliquer en particulier comment on peut déduire de l'aspect des franges une mesure précise des aberrations. Les lecteurs que cela intéresserait trouveront l'interprétation détaillée des phénomènes dans le mémoire de M. LENOUVEL : « Méthode de détermination et de mesure des aberrations des systèmes optiques par M. L. LENOUVEL. Revue d'optique théorique et instrumentale (note 4), tome III, 1924, p. 211 et 315 ». Nous nous tenons d'ailleurs à l'entière disposition de nos clients pour leur procurer ce mémoire, et, d'une façon plus générale, toute bibliographie ou littérature relative à ces questions.
Mais on remarquera l'extrême simplicité du critérium qui décèle un objectif parfait : pour une certaine position du tube, les franges disparaissent complètement et l'aspect du champ est uniformément éclairé. Il est particulièrement aisé de constater ce caractère très simple, qui illustre d'une manière frappante la qualité des objectifs et rend l'appareil très pratique et propre à être utilisé par tout micrographe. Les divers aspects de la figure 3 sont aussi très facilement reconnaissables et permettent à n'importe qui de reconnaîtrez immédiatement la nature des défauts de l'objectif.



USAGES PARTICULIERS
- Le but principal du stigmatomètre, ainsi que nous l'avons exposé, est d'étudier seul l'objectif du microscope, ce qui est particulièrement intéressant, puisque la perfection des images qu'il fournit est en relation directe avec la qualité des images de l'instrument total. Mais là ne se borne pas l'intérêt du stigmatomètre qui met à la disposition du micrographe de précieux moyens de contrôle relatifs à d'autres éléments de l'observation microscopique. Par exemple il permet d'apprécier :
1) L'épaisseur de couvre-objet qui pour un objectif donné, donne les meilleures images. Le lecteur a remarqué, en effet, que le miroir argenté était recouvert d'un couvre-objet et cette condition est nécessaire pour que l'objectif, surtout lorsqu'il est puissant, soit bien étudié dans les mêmes conditions de travail que pour son usage courant, de même que tout objectif à immersion devra naturellement être étudié en interposant la goutte d'huile habituelle entre la frontale et le miroir. Les couvre-objets que nous utilisons à cet effet ont l'épaisseur usuelle, soit 0 m/m 17. Si l'on dispose de plusieurs couvre-objets d'épaisseurs croissantes, on recherchera celui qui donne le plus parfaitement l'évanouissement des franges, et l'on saura que l'objectif est bien corrigé pour l'épaisseur correspondante.
Cette méthode peut être comparée à celle d'Abbe par tests argentés en éclairage oblique variable. Elle peut la remplacer avantageusement, étant plus sensible, on même se combiner avec elle : la plaque test d'Abbe constitue, en effet, un couvre-objet d'épaisseur variable graduée, et il suffit de la déplacer sous l'objectif jusqu'à trouver l'épaisseur qui correspond à une bonne correction.

2) On peut déterminer de même la longueur de tube qui, pour un objectif donné et un certain couvre-objet, fournit les meilleures images. On fait varier à cet effet le tirage du tube, et il est facile de constater l'influence très marquée qu'a sa valeur sur la qualité des images.

Ces deux essais combinés permettent de déterminer les meilleures conditions d'utilisation d'un objectif.

3) Le stigmatomètre permet enfin d'apprécier la stabilité du statif ses moindres flexions, quelques tapotements du doigt sur la platine produisent une modification considérable des franges, surtout avec les objectifs puissants.

ACCESSOIRES.
- L'appareil, comprenant le stigmatomètre, la ,lampe d'éclairage et sa monture avec une Iongueur convenable de fil, et la lame argentée, est livré dans une élégante boite vernie fermant à deux crochets. Le prix coté ci-dessous s'entend 'pour cette désignation. Les lampes utilisées étant à bas voltage (3 v. 5), nous pouvons fournir en supplément à nos clients un petit transformateur qui donne la tension voulue au secondaire, et se branchant sur le courant alternatif usuel d'éclairage (110v.) ou sur toute autre distribution qu'il suffira de nous préciser. Un transformateur est préférable à une résistance, qu'on peut toutefois employer à défaut. Nous fournissons également des lampes d'éclairage de rechange.

REMARQUE IMPORTANTE.
- Nos stigmatomètres sont construits pour s'adapter à nos microscopes, et plus généralement à tous les instruments qui observent, comme les nôtres, les conventions internationales établies par la « Royal Microscopical Society », de Londres. Suivant ces conventions, le diamètre intérieur du tube porte-oculaire est de 23 m/m 3. Nos clients feront donc bien, en nous commandant un stigmatomètre, de s'assurer que leur microscope répond à ces conditions, et, dans le cas contraire, nous les prions de nous préciser cette donnée afin que nous puissions en tenir compte pour leur livrer un instrument qui leur convienne parfaitement.

Prix du stigmatomètre.
Les prix ci-dessous sont sans engagement, marchandise prise au Havre

CODE télégraphique
DESIGNATION
PRIX
OBSERVATIONS
Baba
Stigmatomètre Lenouvel pour la vérification des objectifs de microscope
375
Avant de commander le stigmatomètre, bien lire la remarque importante ci-dessus.
Babel
Lampe d'éclairage de rechange
2,10
 
Babord
Transformateur 110 3 5,8, avec un mètre de fil et prise à la demande
21
Sur demande, transformateurs avec tension spéciale au primaire.



Notes :
(1) L'appareil donne un contrôle d'autant plus sévère que la trame est plus serrée, mais en fait, les phénomènes de diffraction ne permettent pas de dépasser une certaine période.
(2) Un repère, gravé sur le tube porte-condenseur, indique jusqu'où doit être enfoncée la douille qui coiffe ce tube.
(3) On remarquera que lorsqu'on est assez éloigné de la position où les franges doivent disparaître, celles-ci - qui sont alors très serrées -- sont toujours rectilignes et équidistantes, même si l'objectif est assez mauvais, et cette double circonstance n'est donc caractéristique de la bonne qualité de l'objectif qu'au voisinage de la position en question (c'est-à-dire quand les franges sont peu serrées).
(4) 140, Boulevard du Montparnasse, Paris, XIV


Vannes. Imprimerie LAFOLYE Frères et Cie.
Mise à jour le Mardi, 12 Août 2008 08:44
 
 
Joomla 1.5 Templates by Joomlashack